• Accueil
  • >
  • Domaine de Vert-Mont
  • >
  • Histoire
Courriel Print

Le château de Vert-Mont, 100 ans d’histoire et d’idéaux

 vignette-homeLe domaine de Vert-Mont, faisait partie à l’origine du domaine de la Malmaison. En 1824, à la mort du Prince Eugène, fils de Joséphine de Beauharnais, il est vendu en plusieurs lots, et devient une propriété privée. Le château de Vert-Mont, à proprement parler, a été édifié en 1859 par M. Eichthal. Des propriétaires qui s’y succéderont jusqu’à la Fondation Tuck aujourd’hui, deux d’entre eux vont profondément marquer son histoire : Edward Tuck et Madeleine Eristov.

TuckEdward Tuck est né le 24 août 1842 à Exeter dans le Massachusetts aux États-Unis. Il est le fils d’Amos Tuck, figure politique républicaine du New Hampshire. Après ses études, il entre au consulat américain à Paris, puis dans une banque américaine, la Munroe & Company. Il en devient associé puis la quitte vers 1880 pour s’installer à son propre compte. Il investit ensuite dans le domaine ferroviaire, en acquérant une partie de la compagnie Northern Pacific Railway. Il choisit de venir s’installer en Europe dès 1865, et épouse en 1872, Julia Stell, une riche héritière américaine  rencontrée à Paris.

En 1898, M. et Mme Tuck se portent acquéreurs du domaine de Vert-Mont pour en faire leur résidence d’été.

Couple-Tuck-StellC’est à partir de ce moment là que le couple va véritablement se consacrer à la philanthropie et au mécénat. Il devient alors le mécène de Rueil-Malmaison mais aussi de la ville de Paris. En 1903, il fait construire un hôpital (l’actuel hôpital Stell) dont il fera don à l’État en 1916 ; en 1906, il finance la création d‘une école ménagère ; en 1920, il offre à la municipalité un terrain pour y construire une école (l’actuelle école Tuck-Stell) et rachète la propriété de Bois Préau, dont il fera don aux Musées de France, dans l’idée de reconstituer le domaine de Joséphine.

Cette donation est accompagnée de 500 000 francs destinés à y aménager un musée napoléonien. Il apporte également son soutien financier à l’achat de diverses oeuvres pour le château de la Malmaison.

Grand amateur d’art, il décide aussi de faire donation de sa collection, estimée à l’époque à 5 millions de dollars, à la ville de Paris. En 1930, la galerie Tuck sera inaugurée au Petit Palais, où l’on peut retrouver, encore aujourd’hui, les nombreuses pièces de sa collection : tapisseries, porcelaines de Sèvres et de Chine, émaux, mobilier, tableaux...

Outre les apports mobiliers et immobiliers pour le domaine de Malmaison, Edward Tuck va aussi s’attacher à reconstituer le domaine de Vert-Mont en rachetant plusieurs parcelles entre 1898 et 1904.

Chateau-Histoire1Chateau-Histoire2

Le 30 avril 1938, Edward Tuck meurt à Monte-Carlo. Il est inhumé au cimetière de Saint-Germain-en-Laye, auprès de son épouse, décédée avant lui en 1928. Le domaine reviendra alors à sa nièce, Dorothy Hall.

En 1954, le domaine est acheté par la Société civile immobilière (SCI) Rueil Vert-Mont composée de représentants du milieu académique, de l’industrie et de la recherche, afin d’y créer une structure de rencontre entre intellectuels et scientifiques. Un tel projet était conforme à la pensée et à l’action d’Edward Tuck, qui souhaitait selon les archives « soit que Vert-Mont reste dans la famille, soit qu’il devienne un centre de recherche de très haut niveau réservé à un petit nombre de spécialistes éminents dans le domaine des sciences, des techniques et de l’économie à l’échelle mondiale ».

Mme EristovUn certain nombre de difficultés, puis le décès et le grand âge de membres de cette association, ont amené Madeleine Eristov, universitaire et administrateur de cette SCI Rueil Vert-Mont, à proposer la donation de Vert-Mont à une fondation qui maintiendrait sa vocation culturelle et internationale.

L’idée de la Fondation Tuck, se dessine alors, et c’est en 1992, avec le soutien de l’IFP et de l’IFP School, que ce projet voit officiellement le jour. Aujourd’hui, la Fondation Tuck, fondation reconnue d’utilité publique, mène des activités de recherche et de formation, de dimension internationale, pour un développement durable dans le domaine de l'énergie.